« Nous devons vivre avec l’incertitude» – Edgar Morin – Journal du CNRS

POSER LA QUESTION DE L’ALTERNATIVE
ENTRE URGENCE ET PRUDENCE


6 minutes

Dans cet interview d’Edgar Morin dans le journal du CNRS, le philosophe apporte son éclairage sur la crise et son impact sur la science, sur notre relation à l’incertitude et sur les possibles évolutions du monde de l’entreprise dans « l’après ».
La controverse et l’incertitude seraient-elles source de progrès ?

POURQUOI CET ARTICLE ?

Edgar Morin, né le 8 juillet 1921 à Paris, est un sociologue et philosophe français, penseur de la complexité.  Il nous invite à prendre du recul et à voir ce que cette crise peut nous enseigner.

3 MINUTES POUR MIEUX COMPRENDRE
LA SCIENCE & L’INCERTITUDE 


Cet article nous invite à poser la question de l’alternative entre urgence et prudence et à requestionner notre vision de l’incertitude.

Titre de l’Article :

Edgar Morin: «Nous devons vivre avec l’incertitude»

Date de parution : 6 avril 2020, HBR

(Extrait) : Confiné dans sa maison à Montpellier, le philosophe Edgar Morin reste fidèle à sa vision globale de la société. La crise épidémique, nous dit-il, doit nous apprendre à mieux comprendre la science et à vivre avec l’incertitude. Et à retrouver une forme d’humanisme.
La pandémie du coronavirus a remis brutalement la science au centre de la société. Celle-ci va-t-elle en sortir transformée ?
Edgar Morin : Ce qui me frappe, c’est qu’une grande partie du public considérait la science comme le répertoire des vérités absolues, des affirmations irréfutables. Et tout le monde était rassuré de voir que le président s’était entouré d’un conseil scientifique. Mais que s’est-il passé ? Très rapidement, on s’est rendu compte que ces scientifiques défendaient des points de vue très différents parfois contradictoires, que ce soit sur les mesures à prendre, les nouveaux remèdes éventuels pour répondre à l’urgence, la validité de tel ou tel médicament, la durée des essais cliniques à engager… Toutes ces controverses introduisent le doute dans l’esprit des citoyens.

Vous voulez dire que le public risque de perdre confiance en la science ?
E.M. : Non, s’il comprend que les sciences vivent et progressent par la controverse. Les débats autour de la chloroquine, par exemple, ont permis de poser la question de l’alternative entre urgence ou prudence… Retrouver l’article dans CNRS Le journal 6 avril 2020

 

LES MESSAGES CLEFS


  Les différences de points de vue créé le progrès : « Ce que nous ont montré les philosophes des sciences, c’est précisément que les controverses font partie inhérente de la recherche. Celle-ci en a même besoin pour progresser ».
  « Nous devons apprendre à accepter les incertitudes et à vivre avec elles, alors que notre civilisation nous a inculqué le besoin de certitudes toujours plus nombreuses sur le futur, souvent illusoires, parfois frivoles, quand on nous a décrit avec précision ce qui va nous arriver en 2025 ! L’arrivée de ce virus doit nous rappeler que l’incertitude reste un élément inexpugnable de la condition humaine. Toutes les assurances sociales auxquelles vous pouvez souscrire ne seront jamais capables de vous garantir que vous ne tomberez pas malade ou que vous serez heureux en ménage ! Nous essayons de nous entourer d’un maximum de certitudes, mais vivre, c’est naviguer dans une mer d’incertitudes, à travers des îlots et des archipels de certitudes sur lesquels on se ravitaille…  »

  « Il serait humain de reconnaître que des erreurs ont été commises et qu’on va les corriger. La responsabilité passe par la reconnaissance de ses erreurs. es et les perspectives uniques qu’ils apportent à la table »
  « La pratique massive du télétravail qu’entraîne le confinement peut contribuer à changer le fonctionnement des entreprises encore trop hiérarchiques ou autoritaires ».

POUR ALLER PLUS LOIN


De l’importance de reconnaître (et transformer) ses émotions en tant que leader – Vidéo commentée

Ce court-métrage arrive à rendre concret par l’image l’impact de nos émotions sur ceux qui nous entourent. il nous invite à transformer celles qui nous pèsent pour qu’elles ne pèsent pas à leur tour sur notre environnement. Ludique et percutant. 

Mieux comprendre la fonction positive de nos émotions – Vidéo commentée

l’auteur analyse les quatre principales émotions et, pour chacune, l’intention positive qui se cache derrière la première expression. Un moment ludique et éclairant. 

Identifier nos biais cognitifs à partir de comment nous vivons cette crise sanitaire – Vidéo commentées

De nombreux facteurs influencent – consciemment et inconsciemment notre jugement. Identifier ces biais cognitifs nous permet – à défaut de les supprimer- de mieux les comprendre pour pouvoir en diminuer les effets secondaires ?

Au coeur de la crise, montrer l’exemple et être agile – BFM Business Christopher Guerin

Découvrez ce que l’anxiété provoque dans notre cerveau en rendant nos réactions souvent plus intenses et plus épidermiques. Les signaux que nous observons peuvent prendre des proportions plus importantes, voire plus menaçantes. Nous semblons interpréter, connoter ce qui nous arrive…

Your email address will not be published. Required fields are marked *